The Evil Within

Re: The Evil Within

Messagepar Gemini » 21 Oct 2014, 00:28

Je l'ai terminé ce week-end. Le jeu est très bon avec un gameplay sympa, par contre n'espérez pas un réel retour du survival horror. Au fond je le considère comme un autre jeu d'action/aventure, dans une ambiance plus horrifique avec des monstres à buter.
Certaines sections peuvent effectivement filer des bons coups de stress, et le jeu se veut rarement rassurant, donc d'une certaine manière, il se rapproche de ce qu'on pourrait attendre d'un survival, en tout cas plus que RE4 et ses suites. Même s'il ne faut pas trop en attendre, il peut néanmoins largement plaire aux amateurs de survival horror.

Mon plus grand regret est la structure trop linéaire du jeu : même si quelques zones sont plutôt larges et qu'elles procurent un semblant d'exploration, on se contente finalement d'avancer d'un point A à un point B, et c'est vraiment dommage. L'air de rien cela détruit le potentiel survival du jeu, pourtant bien présent. Car un chapitre en particulier propose un minimum suffisant d'exploration, ce qui donne véritablement au jeu des allures de survival horror, et prouve qu'il pouvait nous offrir davantage.

Malgré ce côté frustrant, je répète que le jeu reste bien fichu et très agréable à parcourir. Le gameplay offre pas mal de possibilités et permet d'aborder les situations et combats de différentes façons. On peut combattre de manière directe, mais aussi faire preuve de discrétion pour esquiver/tuer silencieusement les ennemis, utiliser le feu comme une arme à part entière, retourner les pièges contre les ennemis, etc. Le jeu oscille parfois entre des phases tournées vers l'infiltration, ou d'autres plutôt orientées action. Il y a un équilibre assez efficace entre ces différents aspects du gameplay. Globalement les ennemis et situations de jeu sont bien pensés, les boss vraiment cools, bref on ne s'ennuie jamais.
L'élément que j'ai trouvé le plus jouissif et intéressant à employer est le feu. Les allumettes ne servent pas essentiellement à brûler des cadavres, on peut s'en servir pour brûler les assaillants et en association avec d'autres armes. Tirer dans les jambes des ennemis devient une option viable par exemple, car un ennemi peut être brûlé dès qu'il se trouve à terre. De même, les carreaux électriques mettent les ennemis à genoux, ce qui permet également de les brûler. Si des monstres sont proches les uns des autres, on peut alors brûler tout un groupe entier. Des éléments de décor sont également inflammables (bottes de foins, flaques d'huile, bidons, corps...) et brûlent ce qui se trouve sur le passage.

Tuer les ennemis ne se fait donc pas toujours systématiquement par l'usage des armes à feu, même si ça reste une méthode privilégiée dans bien des cas. De ce fait, je n'ai personnellement que rarement senti un vrai manque de munitions ou de ressources. Souvent j'avais même un surplus de munitions à disposition, que je ne pouvais transporter du fait de l'inventaire limité. Donc parfois le manque de munitions vient seulement du fait qu'on ne peut pas en transporter beaucoup. A moins d'upgrader cette capacité...
Le jeu propose en effet de nombreux upgrades, impossibles à tous réaliser au cours d'une seule partie. Ça donne un petit côté "stratégique" dans le choix des aptitudes qu'on préfère améliorer par rapport à d'autres.

Je ne trouve pas que la manière de jouer soit vraiment similaire à RE4 ou à un autre RE, le gameplay est bien distinct.
Cela dit vers la fin du jeu, il y a des passages/éléments qui m'ont rappelé RE4. Quand on sait que Mikami est responsable des deux jeux, disons que certains liens se font d'eux-mêmes.

Je n'ai pas été spécialement emballé par l'univers ni par le scénario, pas très palpitant à suivre et qui reste assez vague sur certains points. On a envie de progresser et de savoir ce qui se trame, mais les cinématiques peinent à être vraiment entraînantes, et même si l'histoire finit petit à petit par faire sens, on reste un peu sur sa faim. Les personnages sont peu développés mis à part Sébastian et Ruvik. Malheureusement la personnalité de Sébastian ne transparaît que rarement dans le jeu, où il reste assez effacé et fade je trouve, alors qu'il dispose pourtant d'un très bon background (dont on prend connaissance uniquement via des documents).
Une chose que j'ai tout de même apprécié est, qu'à l'image de Silent Hill, les monstres tiennent un rôle symbolique et ont tous une signification par rapport à la psyché d'un personnage. Même la présence du feu comme élément de gameplay possède un sens. Il y a bien une tentative d'élaboration psychologique, et l'histoire en elle-même n'est pas inintéressante, mais assez mal mise en valeur à mon goût. Peut-être que j'apprécierai mieux tout cela à refaire l'aventure néanmoins.

En fait je dirais que le jeu réussit mal à imposer un style ou une identité propre. Le plus souvent je me disais "Tiens ça me fait penser à" tel jeu ou tel film, mais dans le fond, rien de particulièrement original ou bouleversant. On sent trop les nombreuses influences sur la création de l'univers que déploie le jeu, et je n'ai pu m'empêcher d'éprouver régulièrement ce sentiment d'un manque de génie ou d'originalité dans la direction artistique. L'ambiance est bonne, horrifique et mystérieuse, mais tout cela manque d'un petit quelque chose selon moi. C'est avant tout le plaisir de jeu qui prime, et le reste ne sert finalement que de prétexte. Scénario "prétexte" dans le sens où le postulat selon lequel on navigue dans l'esprit de quelqu'un permet à Mikami de faire tout ce qui lui passe par la tête et de légitimer toutes les situations qu'il propose, sans qu'il y ait forcément de cohérence ni de véritable inspiration derrière.
Avatar de l’utilisateur
Gemini
Survivor
 
Messages: 956
Inscrit le: 16 Fév 2004, 21:11
Localisation: Cherbourg (50)

Re: The Evil Within

Messagepar Lurka » 21 Oct 2014, 19:52

L'ayant terminé cet après-midi, je ne peux que rejoindre ton avis. TEW ne dispose pas d'identité propre car on a plus l'impression de jouer a une succession de reprise de différentes œuvres qu'elles soient cinématographique ou vidéoludique. On sent bien des racines de RE4 quand même.
Mais je sais pas toi, si tu as fait attention, je trouve que la façade du manoir de Ruvik ressemble énormément à celle du manoir Spencer.
En parlant de ce personnage, je trouve qu'il est le seul a être véritablement exploité car en regardant Sébastian de plus près, on est face à un personnage creux qui n'a pas réellement sa place dans le jeu. De plus, on ne sent pas qu'il a peur, ce qui casse d'un côté cet ambiance que l'on se doit de ressentir. En fait, c'est un peu le Chris Redfield selon moi (désolé pour les fans de ce personnage) :hehe
Si je devrai qualifier TEW, je dirai plus qu'il mise sur le gore que la peur, et c'est certainement au fait du trop grand nombre de décors que l'on croise. Je n'ai pas sursauté une seule fois alors que le premier Dead Space je n'y avait pas échappé.
Là où je mettrai le point fort, est sur le bestiaire du jeu. Bon d'accord c'est un peu du " made in RE4 " , mais il est efficace sauf le boss final qui, je dois avouer, ne m'a pas emballé du tout alors que j'en attendais plus.

Enfin bref, je vais pas détaillé car tout a été énoncé, mais il est loin d'être déplaisant. Au contraire, les amateurs de SH trouveront leur bonheur avec ce jeu qui tient ses promesses malgré un manque de cette petit touche qui nous rend si apeuré par la situation.
"Ethan ? Ethan ? Eeeeethaaaan !" (Jack Baker, RE7)

ID PSN : Wesker_190
Avatar de l’utilisateur
Lurka
Rookie
 
Messages: 160
Inscrit le: 01 Sep 2014, 17:00
Localisation: Lyon

Re: The Evil Within

Messagepar Gemini » 22 Oct 2014, 01:31

Non effectivement, le jeu ne fait pas spécialement peur. Il peut mettre un peu mal à l'aise tout au plus, et filer des coups de stress dans les situations délicates, mais pas de quoi être traumatisé. A ce niveau-là même Dead Space, que tu cites, m'avait procuré davantage de sensations.
Après ce n'est pas l'aspect du jeu qui me dérange le plus. Pas forcément besoin d'éprouver de la peur à mon avis pour qu'un survival horror soit réussi, tout est une question d'ambiance. Je ne trouve pas que TEW pêche particulièrement sur ce point, même si le jeu ne dispose pas d'une ambiance de folie non plus.

C'est au passage du manoir que je faisais référence dans mon post précédent. Dans ce chapitre, il y a un minimum d'exploration, pas extrêmement poussée certes mais suffisante pour donner au jeu un aspect survival horror bien présent. Les réminiscences du manoir Spencer accentuent bien sûr cette impression. C'est d'autant plus frustrant que ce passage n'est pas vraiment représentatif de l'ensemble du jeu.

Le bestiaire est réussi je suis d'accord, aucune réelle faute de design à mon goût. Certains des monstres peuvent évoquer des ressemblances avec ceux de RE4 ou d'autres jeux d'horreur, mais ça ne m'a pas embêté plus que ça. C'est vrai par contre que le boss de fin est un peu naze et décevant. Dommage car toute la partie "jeu" de TEW m'apparaît comme réussie globalement.
Avatar de l’utilisateur
Gemini
Survivor
 
Messages: 956
Inscrit le: 16 Fév 2004, 21:11
Localisation: Cherbourg (50)

Re: The Evil Within

Messagepar MacClane » 23 Oct 2014, 07:59

Je viens de finir le manoir de Ruvik.
Oh purée ! S'te flippe !
Pour l'instant, c'est THE passage où j'ai flippé.
J'ai même attendu dans un placard, juste comme ça, pour me "reposer".
Image
Avatar de l’utilisateur
MacClane
Survivor
 
Messages: 820
Inscrit le: 28 Nov 2003, 15:37
Localisation: DOUAI (59)

Re: The Evil Within

Messagepar Gemini » 16 Mar 2015, 16:39

J'ai parcouru The Assignment hier soir, et je le recommande si vous avez apprécié un minimum l'aventure principale.

Ce DLC apporte quasiment une nouvelle expérience, car ici l'approche est différente : on ne possède aucune arme, simplement une lampe torche et de quoi détourner l'attention des ennemis. En fait l'essentiel du jeu consiste en des phases d'"infiltration" où l'on doit éviter les ennemis et/ou les piéger afin de pouvoir s'en défaire. On peut encore utiliser des bouteilles et, à partir du chapitre 2, réaliser des exécutions furtives à la hache (utilisation unique). Quelques nouvelles fonctionnalités de gameplay s'ajoutent, comme un système de couverture (d'où l'on peut appeler les ennemis pour les attirer) ou la possibilité d'enfermer les monstres dans des salles.
Cela renforce davantage l'aspect survival du jeu, et de fait j'ai trouvé cette section plus "flippante" que le scénario principal. En plus de ces bons points, la plupart des environnements, pièges et créatures sont inédites, on évite un sentiment de recyclage.
Scénaristiquement, The Assignment semble apporter des réponses et se positionner comme un véritable complément à l'histoire de Sebastian, même s'il faudra attendre l'aventure complète pour pouvoir juger de l'ensemble.

Les seuls vrais défauts que je trouve à ce DLC sont les mêmes que pour le jeu principal en fait : il est encore trop linéaire, peu de place est réellement offerte à l'exploration, et la progression est trop ponctuée de scripts divers, ce qui peut être gênant pour la rejouabilité.

Mais autrement, si le manque d'action/gun fights ne vous pose pas de souci, ce DLC est tout à fait appréciable.
Avatar de l’utilisateur
Gemini
Survivor
 
Messages: 956
Inscrit le: 16 Fév 2004, 21:11
Localisation: Cherbourg (50)

Précédent

Retourner vers autres jeux

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités

cron