Resident Evil va-t-il changer le futur des zombies ?

Avatar de l’utilisateur
Hunk
Staff // Fondateur
Messages : 12791
Inscription : 27 nov. 2003, 21:26
Localisation : Lille
Contact :

Resident Evil va-t-il changer le futur des zombies ?


Entrevue avec le professeur Takeshi Okamoto, Docteur spécialiste sur l’étude des zombies à l’Université KINDAI


Entrevue du 15 octobre 2021 parue sur la page « Under the Umbrella » (un espace pour partager des souvenirs sur le portail Resident Evil), le 7 février 2023.

De toutes les créatures terrifiantes de la série Resident Evil, aucune n'est plus emblématique que le zombie classique.
Les zombies sont un incontournable de l’univers horrifique médiatique, mais loin d'être présent dans la recherche universitaire. Cela n'a aucune importance pour le Dr. Takeshi Okamoto, professeur agrégé à l'Université de Kindai (*) !
* L'Université Kindai a été fondée en 1925 à Osaka, au Japon, et est l'un des principaux établissements d'enseignement supérieur du pays.

J'ai eu le plaisir de parler avec le Dr. Okamoto et de son intérêt pour les zombies et la série Resident Evil. Donc, pour cet article, j'aimerais partager une partie de notre conversation.


Voici une photo du Dr. Takeshi Okamoto putréfié. Je promets qu'il n'était pas encore un mort-vivant quand nous nous sommes rencontrés !

Interviewer : Les zombies font partie depuis longtemps du paysage médiatique. Pensez-vous que la série Resident Evil a eu une influence sur ce genre de contenus ?

Dr. Okamoto :

Eh bien, il est important de connaître d'où vient l'idée originelle des zombies : à savoir, la pratique du rite vaudou haïtien de la nécromancie, dans laquelle les gens auraient utilisé la magie noire pour réanimer des cadavres.

Cette coutume a été introduite en Amérique. À titre d'exemple, le journaliste William Seabrook a publié un livre intitulé « The Magic Island » en 1929, dans lequel il a écrit sur les zombies haïtiens.

Lorsque les journalistes de la télévision américaine ont appris l'existence de cette coutume, ils l'ont répandue dans tout le pays, attirant finalement l'attention des producteurs de films. C'est alors que les zombies ont commencé à apparaître dans une variété de productions hollywoodiennes.

Cependant, ce qui était surprenant, c'est que les zombies à cette époque n'étaient pas décrits comme des monstres affamés de cervelle, mais plutôt comme des sbires dociles tels des domestiques. Ils sont finalement devenus des créatures carnivores, ce qui les a rendus incroyablement populaires. Et c'est pourquoi nous les voyons toujours à ce jour.

Lorsque la nouvelle de l’existence des zombies s’est finalement répandue au Japon, il y a eu un énorme bond des films produits ici sur le thème des zombies. Ce sont donc les réalisateurs de films de zombies qui ont provoqué l'épidémie massive de zombies dans de nombreux types de médias.

Cependant, au cours des années 1990, ce genre de films est progressivement tombé en disgrâce. Il y a probablement plusieurs raisons à cela, mais à mon avis, c'est probablement parce que les producteurs ont commencé à sentir les limites du genre et que le public en a eu assez de voir des cadavres ambulants partout.

Mais en 1996, Capcom a donné naissance à Resident Evil (note de Biohazard France : Biohazard au Japon), qui a été un énorme succès dans le monde entier et a ramené les zombies chancelants sous les projecteurs de l'horreur. Leur influence a été telle qu'aujourd'hui les morts-vivants font partie intégrante du monde des jeux vidéo.

En 2002, un film live action basé sur le jeu est sorti sur grand écran et a engendré plusieurs suites, qui ont aidé à ressusciter les morts-vivants sur la scène médiatique.

Sans la sortie de Resident Evil, il est possible que nous n'aurions pas autant de contenus remplis de zombies aujourd’hui.
Fait intéressant, c’est à partir de Resident Evil 4 que les zombies ont commencé à muter progressivement du concept classique, laissant place à plus de créatures humanoïdes. De ma propre opinion, ils relèvent quand même de la catégorie des "zombies".

Les morts-vivants sont représentés différemment dans les films de nos jours, ils sont plus communicatifs, plus évolués ; Ils commencent à être utilisés comme allégorie de l'interaction et de la confrontation avec différentes cultures. Ils commencent à devenir le symbole de points de vue et de croyances différents dans une société moderne plus complexe, à multiples facettes, et cette évolution dans laquelle ils sont maintenant représentés semble refléter l'évolution des zombies constatée dans la série Resident Evil.

Inteviewer : C'est un honneur incroyable de vous entendre dire que le premier jeu Resident Evil a été un tournant majeur dans le développement de contenus lié aux zombies. Pensez-vous qu'il y a quelque chose à propos des zombies dans la série Resident Evil qui les distingue des autres représentations ?

Dr. Okamoto :

Actuellement, je me refais le Resident Evil original car je retravaille mon opinion sur la série, et tous les jouer, les uns à la suite des autres, me permet de noter des observations très intéressantes.

Les zombies qui sont apparus dans le premier opus étaient lents, avec des trajectoires sinueuses dans leurs déambulations, mais au fur et à mesure que la série avançait, ils ont changé à bien des égards, par exemple, ils sont devenus plus rapides. Cela correspond à la tendance des zombies représentés dans les films et les anime.

Ce qui est génial, c'est que, bien qu'il y ait tellement de types de zombies différents dans la série, chacun avec ses propres caractéristiques uniques, ils nous donnent tous l'impression d'appartenir au monde de Resident Evil. La véritable force de Capcom réside dans sa capacité à rester flexible et à ajuster ses conceptualisations en fonction des opinions et des tendances actuelles sans trahir la vision fondamentale de la licence.


Cela fait 25 ans que Resident Evil premier du nom est sorti. Et de nombreux autres titres de la licence ont suivi durant toute cette période.

Interviewer : Nous sommes vraiment heureux d'apprendre que vous avez joué à tant de ces titres. Lesquels préférez-vous ?

Dr. Okamoto :
Tant de réflexion et de créativité ont été investies dans chacun d'entre eux qu’il est difficile de répondre à cette question ! Chaque jeu offre une expérience unique et je les aime tous, mais en ce qui concerne le plus terrifiant, ce doit être Resident Evil 7. La conception sonore de ce titre a la particularité de renforcer vraiment le sentiment d'effroi. La peur est si réelle que même dans une pièce parfaitement sûre, vous réagissez à chaque petit bruit.

Quant à Resident Evil Village, il fait suite à Resident Evil 7, mais il en augmente l'intensité avec ses diverses fonctionnalités et ses moments marquants. J'y joue encore en ce moment, et je peux dire que c'est l'une des meilleures expériences que j'ai eues jusqu'à présent. J'aimerais que tous les lecteurs de cet article y jouent et en fassent l'expérience par eux-mêmes.

Si vous me demandiez sur quel titre j'ai passé le plus d'heures, je vous répondrais que ce serait sur Resident Evil: The Umbrella Chronicles et Resident Evil: The Darkside Chronicles. En plus de l’amusement apporté par le système de contrôles, comme aucun autre titre de la série ne le propose, les histoires allaient au-delà de ce que les jeux Resident Evil décrivaient habituellement. Je me suis beaucoup amusé avec ces 2 titres.

Les jeux non numérotés de la série sont également très distrayants et ont leur charme. Le fait qu'il y ait autant de spin-offs à la série principale montre à la fois à quel point le monde de Resident Evil est populaire et riche. Plus vous jouez à tous ces jeux, plus vous réalisez à quel point le monde de cet univers est étoffé.

Interviewer : Eh bien, si jamais il y avait un moyen de faire de la publicité pour la marque Resident Evil, ce serait celui-là ! Merci! Alors, dites-moi, à quand remonte votre première expérience avec Resident Evil ?

Dr. Okamoto :

J'avais 13 ans et c'était avec le tout premier Resident Evil. Il m’a marqué l’esprit ! Ces écrans de chargement où vous ouvriez lentement les portes ou montiez les escaliers pas à pas m'ont vraiment fait peur.

J'ai aussi de bons souvenirs avec les deux suites : Resident Evil 2 et Resident Evil 3 : Nemesis (note de Biohazard France : Biohazard 3 : The Last escape au Japon)

Mon temps passé à Raccoon City dans ces jeux a eu un impact énorme alors que j’étais en pleine croissance. En parlant de survie à Raccoon City, je suis un grand fan de Resident Evil Outbreak (note de Biohazard France : un homme de goût sur ce point, ce professeur :wink ). J'ai adoré le fait que dans ce jeu, vous jouiez en vous comportant comme des gens normaux, qui n’ont ni la force, ni les capacités d’un Chris ou d’un Leon. Le fait de devoir prêter attention aux autres personnages à l'écran ajoutait vraiment à la tension et a rendu le jeu encore plus plaisant. J'attends également avec impatience "Resident Evil: Welcome To Raccoon City", dont la sortie est prévue le 24 novembre 2021. En y réfléchissant bien, Raccoon City fera toujours partie de ma vie (rires).

Interviewer : Parmi toutes les créatures que vous avez combattues dans les jeux, y en a-t-il une qui vous a vraiment marqué ?

Dr. Okamoto :

Oh, certainement les Lickers. Ils m'ont vraiment marqué de leurs griffes !
Ce qui est génial avec Resident Evil, c'est qu'il ne s'agit pas que de zombies - il y a tellement de créatures emblématiques. J'aime que toutes ces sortes d’armes bio-organiques sauvages aient pu être introduites au fur et à mesure dans la série.

Interviewer : Heureux de vous l'entendre dire ! Enfin, que pensez-vous de l'avenir qui va maintenant être réservé aux zombies et à leur place dans les différents médias ?

Dr. Okamoto :

Je pense qu'à mesure que le monde devient de plus en plus complexe, nous verrons de plus en plus de représentations d'humains et de zombies ayant une relation antagoniste moins directe.

En ce sens, les zombies pourraient être utilisés pour décrire la relation entre différentes cultures ou "de l'autre" et la société - quelque chose qu'il serait difficile de représenter avec d'autres monstres. Après tout, les zombies démarrent d’une base humaine. Ils ne débarquent pas dans notre monde comme des monstres venus d’ailleurs; à un moment donné, ils étaient comme vous et moi.

Arriveriez-vous à tuer facilement un zombie en sachant qu'il était humain auparavant ? (note de Biohazard France : en poussant cette réflexion plus loin : surtout si vous le connaissiez). Ce sont ce genre de questions provocantes qui rendent les zombies si fascinants.

De plus, le terme «zombie» fait maintenant référence à une variété de choses différentes. Comme je l'ai déjà mentionné, les zombies des jeux Resident Evil ont changé au fil du temps, des modifications ont été apportées non seulement pour les rendre différents, mais plutôt et aussi pour changer / améliorer l'expérience de jeu.

Je pense que la façon dont Capcom continue de représenter les zombies et ses autres créatures, ainsi que la façon dont ces zombies et créatures s'intègrent dans le monde de la saga dans son ensemble, influencera sans aucun doute fortement la façon dont le reste des médias avancera sur le sujet des zombies à l'avenir.

Interviewer : Merci beaucoup, Dr. Okamoto, d'avoir partagé votre avis et d'avoir pris le temps pour cette entrevue !

Traduction ©Hunk pour Biohazard France - Février 2023.
Publication originale : Zombie Studies 101 : Pourquoi les gens sont-ils attirés par les morts-vivants ? (Éditions Fusosha)
Chaîne Youtube: L'université des zombies de Doc Zombie
https://www.youtube.com/channel/UC2j66t ... t5sF3cg6XA
Outbreak Server :
ID: V108EA - HN: hunkBHFR
I don't call 911, I use 1911.
Répondre