A Plague Tale: Requiem

Répondre
Avatar de l’utilisateur
Patrick
Extreme Survivor
Messages : 2117
Inscription : 09 mars 2004, 22:38
Gamertag : Wesker010484
Playstation Network ID : Wesker_010484
Localisation : Québec, Canada

Une suite à A Plague Tale: Innocence a été annoncée intitulé A Plague Tale: Requiem et elle arrivera en 2022. Le jeu est actuellement prévu pour une sortie sur PS5, Xbox Series X/S et PC, sans qu'aucune console de la dernière génération n'ait été annoncée.
Image
Le jeu suivra directement l'histoire de A Plague Tale: Innocence, notamment en ramenant les héros Amicia et Hugo. Comme son prédécesseur, A Plague Tale: Requiem sera un jeu d'aventure et d'horreur développé par Asobo Studio et publié par Focus Home Interactive.

Teaser trailer:
Dernière modification par Patrick le 15 juin 2021, 21:40, modifié 1 fois.
"Would you be so kind as to get me my slippers, Patrick? Thank you.''

- Spencer to his butler :parapluie

Resident Evil: Resistance
Avatar de l’utilisateur
Iceweb38
Staff // Newsmaker
Messages : 3365
Inscription : 03 avr. 2009, 17:24
Playstation Network ID : Iceweb38
Localisation : Merignac (33)
Contact :

Le jeu est confirmé sur PS5 aussi.

Trèèèèès content de l'annonce, le premier jeu méritait une suite! :love
Image
Avatar de l’utilisateur
Patrick
Extreme Survivor
Messages : 2117
Inscription : 09 mars 2004, 22:38
Gamertag : Wesker010484
Playstation Network ID : Wesker_010484
Localisation : Québec, Canada

Sur PS5 aussi?! Merci pour l'info :)) Alors il sera miens :jumper
"Would you be so kind as to get me my slippers, Patrick? Thank you.''

- Spencer to his butler :parapluie

Resident Evil: Resistance
Avatar de l’utilisateur
Jericho
Extreme Survivor
Messages : 1546
Inscription : 29 mars 2009, 03:01
Playstation Network ID : GhostWolfPunishe
Localisation : Talence (33)
Contact :

Voila avec Les Gardiens De La Galaxie, mon autre jeu de cette E3 2021. Vivement la date.
Image
Avatar de l’utilisateur
Iceweb38
Staff // Newsmaker
Messages : 3365
Inscription : 03 avr. 2009, 17:24
Playstation Network ID : Iceweb38
Localisation : Merignac (33)
Contact :

La remasterisation PS5 de A Plague Tale: Innocence est le jeu gratuit du mois sur le PS Plus.
Image
Avatar de l’utilisateur
Patrick
Extreme Survivor
Messages : 2117
Inscription : 09 mars 2004, 22:38
Gamertag : Wesker010484
Playstation Network ID : Wesker_010484
Localisation : Québec, Canada

Merci pour l'info Iceweb :))
"Would you be so kind as to get me my slippers, Patrick? Thank you.''

- Spencer to his butler :parapluie

Resident Evil: Resistance
Avatar de l’utilisateur
Jericho
Extreme Survivor
Messages : 1546
Inscription : 29 mars 2009, 03:01
Playstation Network ID : GhostWolfPunishe
Localisation : Talence (33)
Contact :

Image
Avatar de l’utilisateur
Iceweb38
Staff // Newsmaker
Messages : 3365
Inscription : 03 avr. 2009, 17:24
Playstation Network ID : Iceweb38
Localisation : Merignac (33)
Contact :

Vraiment hâte !
Les environnements sont superbes, même si ça sort totalement de ce qu'on avait l'habitude de voir dans le premier jeu.
Je me demande quand même ce qui est arrivé à leur mère et leur camarade alchimiste.
Image
Avatar de l’utilisateur
Jericho
Extreme Survivor
Messages : 1546
Inscription : 29 mars 2009, 03:01
Playstation Network ID : GhostWolfPunishe
Localisation : Talence (33)
Contact :

Leak

La date a visiblement fuité. ça sera pour le 17 Juin !

Source: https://www.reddit.com/r/GamingLeaksAnd ... ease_date/
Image
Avatar de l’utilisateur
Iceweb38
Staff // Newsmaker
Messages : 3365
Inscription : 03 avr. 2009, 17:24
Playstation Network ID : Iceweb38
Localisation : Merignac (33)
Contact :

Bien trouvé !
Et les trophées/succès ont également fuités.
Concernant la longueur du jeu :
16 chapitres au total
Faudrait que je me remette au premier pour le platiner.
Image
Avatar de l’utilisateur
Jericho
Extreme Survivor
Messages : 1546
Inscription : 29 mars 2009, 03:01
Playstation Network ID : GhostWolfPunishe
Localisation : Talence (33)
Contact :

Sortie prévue le 18 Octobre 2022 !
Image
Avatar de l’utilisateur
Iceweb38
Staff // Newsmaker
Messages : 3365
Inscription : 03 avr. 2009, 17:24
Playstation Network ID : Iceweb38
Localisation : Merignac (33)
Contact :

Rien à dire, ça donne envie mais je m'attends à ce que ce soit beaucoup plus dur émotionnellement que le premier. Amicia prend beaucoup de coups !
Image
Avatar de l’utilisateur
Jericho
Extreme Survivor
Messages : 1546
Inscription : 29 mars 2009, 03:01
Playstation Network ID : GhostWolfPunishe
Localisation : Talence (33)
Contact :

La vidéo me donne bien envie, mais malheureusement, j'ai trop de jeux à faire pour cette fin d'année :^^
Image
Avatar de l’utilisateur
Iceweb38
Staff // Newsmaker
Messages : 3365
Inscription : 03 avr. 2009, 17:24
Playstation Network ID : Iceweb38
Localisation : Merignac (33)
Contact :

J'avais oublié de mettre les nouvelles bandes-annonces.
Vraiment hypé pour cette suite, dommage que j'ai pas encore de PS5 :hehe
Image
Avatar de l’utilisateur
Magnum
Survivor
Messages : 356
Inscription : 19 août 2022, 01:16
Playstation Network ID : YannTerraspark
Localisation : Dans le sud de l'Espagne.

Pareil, ça me donne envie! J'avais adoré le premier opus intitulé Innocence. Une preuve que les français d'Asobo Studio maîtrisent bien leur sujet dans l'univers moyenâgeux avec la Peste Noire et les sombres desseins de l'Inquisition en cette période de troubles historique. Cocoricoooo !
Vu l'énorme succès du premier, il n'est pas étonnant de voir cette suite qui a de fortes chances d'être aussi bonne voire meilleure.
Je ne suis pas pressé de l'avoir, vu que je n'ai pas de PS5 non plus et que j'ai d'autres priorités, mais je reste en attendant très curieux d'avoir des retours de la presse et des joueurs.
Image
Avatar de l’utilisateur
Sly
Modérateur
Messages : 3647
Inscription : 27 nov. 2003, 20:53
Gamertag : le vrai Sly
Playstation Network ID : Slyohazard
Localisation : Chambéry (73)

Hormis la toute première bande-annonce, j'ai réussi à ne rien regarder du jeu. Je garde la totale surprise de la découverte du jeu le 18 octobre auquel je jouerai sur Xbox Series X, via le GamePass. :miam Mais même si je ferai le jeu "gratuitement", je pense quand même l'acheter à moyen terme, d'une part parce qu'il ne restera pas sur le service éternellement, et d'autre part parce que les bordelais d'Asobo méritent qu'on les soutienne. :))
Avatar de l’utilisateur
Magnum
Survivor
Messages : 356
Inscription : 19 août 2022, 01:16
Playstation Network ID : YannTerraspark
Localisation : Dans le sud de l'Espagne.

Il semblerait qu'Asobo envisage la possibilité d'un troisième volet de la série A Plague Tale. Pour ce faire, le studio cherche à recruter pour le développement de cette suite sous différents domaines, que ce soit sur le plan artistique ou sur le design, en passant par l'intelligence artificielle, entre autres. Voilà qui est fort intéressant ! Je n'ai certes fait que le premier jeu de la licence (Innocence), et n'ai pas encore attaqué Requiem, mais j'ai acheté ce dernier il y a quelques jours et il est prévu que je le fasse prochainement parmi les prochaines exclusivités PS5 de mon agenda vidéoludique. Je ferai d'abord la version PS5 de Innocence, puis j'enchaînerai derrière avec Requiem qui a récolté une pluie de dithyrambes, et dont on prétend qu'il a un niveau de narration digne d'un grand jeu Naughty Dog comme The Last Of Us. L'occasion pour moi de me remettre dans le bain de cette licence prometteuse et de m'imprégner davantage de son univers. Il faudra d'ailleurs que je fasse une critique pour chacun des deux jeux actuels, tiens.

En attendant, au vu du succès faramineux que connait la licence, je trouve que ce serait tout bonnement génial une nouvelle suite.
Source : https://gamewave.fr/a-plague-tale-requi ... loppement/

Bien sûr, tout ceci reste au conditionnel pour le moment, rien qui soit encore officiel. Mais je croise les doigts pour qu'une suite voit le jour, pas vous ? Il faudra attendre de futures infos pour en savoir plus et voir si une suite est bien sur les rails.
Image
Avatar de l’utilisateur
Patrick
Extreme Survivor
Messages : 2117
Inscription : 09 mars 2004, 22:38
Gamertag : Wesker010484
Playstation Network ID : Wesker_010484
Localisation : Québec, Canada

Requiem est excellent et je l'ai même préféré à The Last of Us part 2. Le jeu n'a pas la qualité visuel de TLOU2 mais sa narration est excellente et son scénario est bien écrit. Les thèmes du jeu son profond et touchant.
"Would you be so kind as to get me my slippers, Patrick? Thank you.''

- Spencer to his butler :parapluie

Resident Evil: Resistance
Avatar de l’utilisateur
Magnum
Survivor
Messages : 356
Inscription : 19 août 2022, 01:16
Playstation Network ID : YannTerraspark
Localisation : Dans le sud de l'Espagne.

Fini et poncé à fond il y a quelques semaines sur PS5, plus ou moins en même temps que mon meilleur pote. Et bon Dieu... quelle expérience mémorable ! C'est avec grand plaisir que je vais de ce pas donner mon avis définitif sur ce chef-d'œuvre.

De toute évidence, cette suite directe de A Plague Tale Innocence surpasse son aîné, et de loin, ce dernier ayant déjà eu un fort impact à l'époque de par ses mécaniques, mettant en scène les rats de la Peste Noire et la manière de les affronter. Requiem ne révolutionne rien, il a inexorablement l'effet de surprise en moins par rapport à Innocence. Son gameplay est légèrement enrichi mais ne sort pas non plus des sentiers battus, restant au final fidèle à lui-même, avec quelques errances par-ci par-là en raison d'une certaine rigidité encore palpable aujourd'hui. Du reste, le titre de 2022 met le paquet ! L'art et la manière que le jeu a de raconter l'histoire est, sans l'ombre d'un doute, sa plus grande force, tout en présentant sa brochette de personnages hauts en couleurs. Factuellement, on est sur un AA, mais dans la façon comme c'est construit, c'est clairement du niveau d'un AAA. On pourrait tout aussi bien parler de AAA indépendant. Pour être franc, j'ai eu l'impression d'avoir joué à un AAA du début à la fin. Asobo s'est inspiré de la marque des grands, notamment du géant Naughty Dog. On y retrouve effectivement une mise en scène digne d'un Uncharted, une narration digne d'un The Last of Us. L'histoire se raconte petit à petit, il y a certes des moments calmes parfois sur la route où l'on a la sensation qu'il ne se passe rien, mais qui servent en réalité à développer et à amplifier la relation entre Amicia et Hugo. J'ai retrouvé ce côté TLOU dans la narration et le développement des personnages, mais sans pour autant s'illustrer comme une simple inspiration sans âme, loin de là. À un moment donné, on est obligé de s'inspirer mais le jeu possède sa propre identité qui lui donne tout son charme et son immersion sans commune mesure. Pour le coup, c'est une franche réussite.

Musicalement, on est en immersion totale. Avec notamment Olivier Derivière à la baguette, compositeur français de renom talentueux, et il ne pouvait en être autrement. Ce fut déjà le cas dans le premier volet, mais ici la bande sonore va encore plus loin et captive le joueur de bout en bout tout au long de l'épopée. Tout comme dans Innocence, il y a une bonne variété d'instruments musicaux de style médiéval. De la cornemuse au violon, en passant par la harpe et en sublimant le tout avec des chants religieux et des hymnes solennels, pour mettre l'accent sur de la guitare médiévale lors des scènes mélancoliques et dramatiques. On retrouve d'ailleurs un petit côté guitare sèche qui n'est pas s'en rappeler The Last Of Us, par moments, et qui contribue à véhiculer les sentiments des personnages au joueur. Le jeu déborde de vie et d'émotions, à se vouloir naturellement davantage ambitieux que son prédécesseur. En vous promenant dans les villes ou les campements, il ne sera pas rare d'assister à des processions qui contribuent au lore et à développer une toile de fond à l'histoire de ce second épisode. Il m'est parfois arrivé de m'arrêter pour prêter attention aux élégies chantées par les PNJ, résonnant de concert en tant que musique d'ambiance festivale et religieuse. Chaque situation a son propre équilibre musical. Des notes de violons grinçantes et stridentes mettant en exergue la menace des rats à proximité, des cors et des cornemuses à pleine puissance mettant en avant les combats chevaleresques. De l''épique au mélancolique et vice-versa, Derivière nous fait voyager au sein de cette aventure de longue haleine en passant par toutes sortes d'émotions. Là aussi, on touche certainement à l'un des points fort du jeu.

J'ai trouvé que Requiem était presque deux fois plus long que le premier opus, en raison de ses zones grandes ouvertes et de sa construction dans l'ensemble. Je n'irais pas jusqu'à considérer qu'il s'agit d'un semi-open world, mais certains paysages majestueux d'un point de vue artistique et graphique en donnent clairement le sentiment. De fait, il y a une île qui est d'une importance capitale pour le développement de l'histoire, qui justement est conçue comme un petit monde ouvert. Un peu à l'image de la première grande section de Seattle dans The Last Of Us 2, qui avait une allure de mini-monde ouvert. D'ailleurs, ce A Plague Tale Requiem s'inspire de certains éléments de TLOU 2 dans son gameplay et dans le traitement de certains de ses personnages. Amicia par exemple, apprend à survivre à la dure et tout comme Ellie, elle en prend plein la gueule. On ressent viscéralement sa souffrance physique et psychologique alimentant progressivement un certain traumatisme, et Hugo n'est pas en reste car lui aussi vit des choses horribles qu'un enfant de son âge ne devrait pas voir ou subir. Au delà du fléau des rats qui attaquent à présent par hordes, l'homme est devenu plus que jamais corrompu, attiré par l'appât du gain ou avide de pouvoir pour servir des cultes aux desseins obscurs. Ce faisant, étant donné la nature plus sauvage du monde que cela ne l'était dans Innocence, la dimension post apocalyptique se veut dorénavant plus présente et percutante. Il est donc plus difficile de ne pas faire la comparaison avec TLOU. Mais, encore une fois, le titre s'inspire tout en évitant de copier bêtement des éléments de la licence de survie de Naughty Dog, ou de tout autre licence d'ailleurs, tout en enrobant le tout avec sa propre sauce.

Qui dit plus grandes zones, dit une plus grande liberté pour se cacher et adapter sa stratégie furtive en fonction des ennemis humains et de la topographie du terrain. Dans le premier jeu, la fuite restait toujours une option mais limitée en raison de la taille plus petite des environnements. Ici, les environnements sont tellement plus vastes et fourmillent de cachettes (possibilité de se cacher en rampant sous des tables ou des étagères) que la marge d'erreur en cas de détection par l'ennemi reste un peu plus tolérée, Cependant, n'allez pas croire que le jeu est plus simple que son prédécesseur. Il se révèle sensiblement plus exigeant, sans forcément être spécialement compliqué. Il y a, en effet, quelques pics de difficulté à certains moments du jeu qui peuvent en surprendre plus d'un(e). Des phases de survie où il faut tenir un certains temps face à des vagues de mercenaires qui ne semblent jamais en finir à première vue, et être quasi constamment aux aguêts. Le gameplay, s'il ne diffère pas beaucoup du premier jeu, propose tout de même différentes phases en passant par des courses poursuites à la mise en scène dantesque proposant parfois une bonne pincée de challenge couplée à une certaine tension. À noter l'introduction d'une nouvelle arme à laquelle j'y ai pas mal pris goût : l'arbalète. Amicia peut s'en servir en plus de sa sempiternelle fronde. Attention cependant à ne pas abuser de ses munitions, qui restent rares. Cette arme permet non seulement de tuer instantanément un ennemi qui n'est pas protégé par une armure ou un bouclier, mais également de résoudre certaines énigmes afin de se frayer un chemin à travers les hordes de rats, en y associant des éléments d'alchimie. Les rongeurs sont d'ailleurs devenus plus intelligents, sachant escalader certaines surfaces, et plus rapides qui plus est. Méfiance !

Vous devrez toujours chercher la lumière et y rester, à l'instar d'un Alan Wake, en allumant des braseros ou au moyen d'une torche. Les énigmes sont un peu plus complexes que dans le premier jeu, certaines s'inspirant de la trilogie Tomb Raider de Square-Enix. Parce que le moins qu'on puisse dire, c'est qu'on ne sera pas dépaysé avec l'importante variété de zones à visiter, même s'il n'y a pas beaucoup de lieux en général dans l'univers de Requiem. Un des nouveaux aspects du gameplay que j'ai particulièrement apprécié, c'est que Amicia possède une seconde chance et peut donc encaisser un coup avant de trépasser, contrairement au premier jeu où le moindre coup était fatal. Elle devra attendre quelques secondes que les bords de l'écran ne soient plus empourprés pour se rétablir. Mais quelques rares ennemis ou QTE pourront vous tuer sur le champ si vous n'y prenez garde. Aussi, Amicia est capable de se défendre et de neutraliser temporairement les ennemis munis de casques ou blindés, ou de stranguler les ennemis démunis de protections avec sa propre fronde. Un couteau permettra également de se défaire de la plupart de vos adversaires en contrant leurs attaques ou en les éliminant discrètement par derrière. Attention toutefois à leur utilisation limitée, car il n'y en a pas beaucoup (leur fréquence et leurs emplacements varient selon le niveau de difficulté joué) et ils permettent en outre de déverrouiller des coffres regorgeant de précieuses ressources pour vos fabrications (quelque chose dans le même genre que les fameuses portes à surins de TLOU). Tout cela ne rend pas forcément Amicia intouchable ou dure à cuire, elle est loin d'être une combattante aguerrie et reste fragile dans une certaine mesure, et c'est tant mieux pour souligner son expérience personnelle du combat et le réalisme de l'aventure.

Je crois que le jeu ne proposait qu'un mode qualité à 30 fps à sa sortie, mais quelques temps après un mode performance à 60 fps vint se greffer aux paramètres. Ayant le choix du basculement d'affichage, j'avais commencé ma première partie découverte en mode qualité pour bien profiter des graphismes qui justifient le fait que le jeu n'ait pas été porté sur PS4. Il n'y a pas d'ailleurs que pour cette raison, les importantes légions de rats et certaines animations complexes n'auraient tout bonnement pas pu tourner correctement sur la génération précédente de consoles. Quant à ma seconde partie visant à compléter le jeu à 100%, je l'ai faite en optimisant les performances pour du 60 fps constant. En tout cas, j'ai été bluffé par la robe graphique du bestiau. Pour un AA, Asobo n'a pas fait les choses à moitié. Alors certes, il y a quelques petits écueils çà et là comme des bugs mineurs qui se manifestent bizarrement et plus facilement en New Game+, quelques petites incohérences comme le fait de ne pas pouvoir passer par-dessus un muret siginifiant un mur invisible pour ne pas sortir des limites d'un niveau mais ça passe encore, ou le fait qu'un personnage allié se coince occasionnellement dans les éléments du décor... obligeant le joueur à devoir recharger le checkpoint pour contourner le bug. Mais au final, on fermera les yeux sur ces quelques tares tant le titre d'Asobo propose une expérience marquante dans sa globalité. Les graphismes, sans rivaliser avec ceux d'un Uncharted 4 ou un The Last Of Us Part II, restent magnifiques en tout point et servent intelligemment la direction artistique de toute beauté. On en voit du pays, et on a même parfois envie de s'y perdre même si en réalité le cheminement reste assez linéaire. Les expressions faciales des personnages bénéficient d'un certain réalisme, proches du photoréalisme sans l'être véritablement, ce qui permet de ne pas contraster brutalement avec l'univers parfois fantaisiste de l'œuvre et de garder un juste milieu. Comme déjà dit auparavant, le jeu déborde de vie et d'animations, notamment sur les PNJ. Voir un prêtre et ses ouailles suivre un mouvement précis de foule durant une procession ou des paysans s'abriter sous une arche d'une pluie diluvienne a son charme de détail réaliste, il faut bien l'avouer. Il se dégage une certaine poésie mêlée à de la mélancolie en voyageant à certains endroits.

La jouabilité ne change pas des masses par rapport au premier épisode. La fronde possède des munitions illimitées pour les pierres car c'est plus pratique, mais il faudra confectionner les autres munitions de type alchimique pour en percevoir tout le potentiel. Le menu radial des armes a été conservé pour un changement rapide d'arme ou de mode de lancer, mais la sous-navigation du changement de munitions au centre peut demander une certaine prise en main et quelques légères manips. Cela reste pourtant la meilleure manière de changer d'équipement ou d'action puisque le temps ralentit de 50%, laissant ainsi quelques secondes au joueur pour planifier ses actions au cœur des affrontements. Bien entendu, la furtivité est grandement recommandée face aux différents gardes que l'on croise, et dans ce deuxième épisode elle est bien plus exploitée à mon sens. La taille des environnements, les différentes cachettes, les éléments interactifs du décor, la structure des zones... Tout cela joue en faveur d'une infiltration proposant une meilleure accessibilité et diverses possiblités d'approche, tout en gardant un certain challenge. On peut aussi changer d'armes et de munitions avec les touches directionnelles, mais j'ai trouvé qu'il était plus facile de s'emmêler les pinceaux comme ça, en plus de ne pas pouvoir ralentir le temps. Un gameplay qui ne réinvente pas la roue, il est vrai, mais qui se voit un peu plus étoffé (l'arbalète y contribuant par exemple, entre autres petits éléments). Il y a également plus de stratégies à l'heure d'affronter certains chevaliers en armure, comme de trouver le moyen de leur ôter leur protection en faisant sauter le verrou de leurs pièces d'équipement pour les rendre vulnérables, en les contournant si nécessaire. Des sacs de poudre seront là pour les étourdir, disposés à des points stratégiques. Les alliés de circonstance ont chacun une compétence personnelle conduisant vers de nouvelles mécaniques de furtivité ou de combat, étoffant ainsi l'expérience de jeu. Ce qu'il ne révolutionne pas, il l'améliore en restant dans les mêmes codes.

Une nouveauté est le fait que votre personnage pourra engranger de l'expérience en fonction de votre approche dans la manière d'aborder les chapitres. Ceci influe selon plusieurs facteurs comme votre degré de furtivité ou votre faculté à éviter la confrontation, le nombre d'ennemis éliminés ou votre propension à faire appel aux potions alchimiques en combat. Chaque catégorie est associée à une branche proposant jusqu'à quatre améliorations des compétences d'Amicia. Un petit plus dont le plein potentiel ne sera révélé qu'après au moins une partie et demie, le New Game+ étant indispensable pour parfaire l'évolution du personnage tant c'est long.

Au final, j'ai été emporté dans cette épopée jouissant d'un scénario bien ficelé, où un important twist intervient vers la seconde moitié du jeu, comme pour lui donner une sorte de redémarrage mais tout en affinant le récit par la suite et en puisant à partir des acquis des premiers chapitres. La formule marche du tonnerre et on se laisse emporter, ni plus ni moins. L'intrigue apporte par la même occasion des réponses à certaines zones d'ombres que soulevait le premier jeu. Je n'aurais, pour chipoter, qu'une seule chose à redire... C'est peut-être parfois un peu longuet pour ce que ça raconte. En effet, j'ai eu vaguement la même sensation de rallongement de l'aventure par rapport à TLOU 2, sauf que A Plague Tale Requiem m'a bien plus pris aux tripes, à tel point que j'en avais parfois la gorge nouée du fait que certaines scènes dures et poignantes ne m'ont pas laissé indifférent. Peut-être que retirer deux chapitres n'aurait pas été de trop. Ou du moins les écourter... Les chapitres sont au nombre de dix-sept et d'une durée inégale, comme ce fut le cas dans le premier volet, mais les derniers chapitres un brin courts s'enchaînent à une cadence usinière et en gardant un rythme soutenu, puis convergent vers un dénouement puissant. En fait, 'puissant' est un terme qui s'accorderait idéalement à l'ensemble du récit, tellement l'histoire se veut puissante en émotions. Impossible de ne pas être touché par l'histoire d'Hugo et d'Amicia et par leur évolution, ainsi que des nouveaux personnages qui ajoutent du corps à l'ambiance et à la narration.
Mention spéciale au doublage français qui est un pur régal pour les oreilles. Le doublage anglais s'avère très bon également et présente son charme avec les quelques différences de tons, mais la langue de Molière est sans nul doute ce qui sied au mieux puisque le jeu se déroule dans le Royaume de France, au 14ème siècle, et c'est très bien retranscrit. Par ailleurs, de nouvelles langues européennes ont été ajoutées dont l'espagnol que je parle, et qui je trouve rend très bien dans le jeu. Là où Innocence ne proposait que de l'anglais, du français et de l'allemand en langue audio.

A Plague Tale Requiem s'inscrit parmi les meilleurs jeux PS5 que j'ai pu faire à ce jour. Son histoire passionnante et ses personnages mémorables, sa bande son envoûtante, ses graphismes somptueux et emplis d'activités, sa direction artistique poétique et sa narration très sérieuse... Tout cela lui permet de se hisser dans le panthéon des meilleurs jeux de la génération actuelle de consoles. Ce titre est une ode au jeu vidéo. Asobo Studio n'a plus rien à prouver, après deux jeux dont le succès ne fait que grimper en flèche. Si tout n'est pas encore parfait, j'ai envie de dire qu'on se rapproche quand même doucement de la perfection. Autant dire que je suis dans la joie de savoir qu'une suite est sur les rails. Il n'y a pas à dire, cette franchise a du potentiel et montre à quel point les bordelais d'Asobo maîtrisent leur sujet. À l'heure où j'écris ces lignes, c'est à peine si je me remets encore de cette belle expérience en me la remémorant avec un large sourire, pendant que ses développeurs couvent leur prochaine progéniture avec une passion inébranlable. Cette licence, c'est leur poule aux œufs d'or, et nul doute que le troisième opus sera tout aussi convaincant, ou peut-être même meilleur s'ils continuent sur cette lancée. Cocorico ! Ce n'est guère étonnant qu'il ait eut sa place aux The Games Award de 2022. C'est amplement mérité, et je ne peux que souhaiter aux équipes d'Asobo une très bonne continuation dans leur entreprise !


Je décerne la note de 9/10, à ce grand jeu qui a marqué une empreinte indélébile dans mon cœur de joueur.
Image
Avatar de l’utilisateur
Jericho
Extreme Survivor
Messages : 1546
Inscription : 29 mars 2009, 03:01
Playstation Network ID : GhostWolfPunishe
Localisation : Talence (33)
Contact :

Merci beaucoup pour ce compte rendu Magnum ! Tu fait vraiment un boulot remarquable :)) ! Encore une fois je persiste :wink, tu devrait vraiment ouvrier un blog ou une chaine YouTube.
Image
Avatar de l’utilisateur
Magnum
Survivor
Messages : 356
Inscription : 19 août 2022, 01:16
Playstation Network ID : YannTerraspark
Localisation : Dans le sud de l'Espagne.

Muchas gracias, Jericho. :)
Image
Avatar de l’utilisateur
Jericho
Extreme Survivor
Messages : 1546
Inscription : 29 mars 2009, 03:01
Playstation Network ID : GhostWolfPunishe
Localisation : Talence (33)
Contact :

De nada hermano :)) ! Au passage, j'en profite pour signaler, que le jeu sera offert le mois prochain pour les abonnés du PS plus! Voila !
Image
Répondre